Référencement naturel

SEO et référencement : Google est ton ami

Par Empus, le 17 décembre 2019, mis à jour le 18 décembre 2019
GOOGLE SEO

Référencer son site en première page des résultats de Google, c’est l’objectif de tout webmaster ou toute entreprise présente sur internet. Seulement voilà, nous ne sommes pas tous des magiciens du référencement ni des professionnels du HTML. Pourtant, certaines bonnes pratiques ne sont pas difficiles à appliquer, et tout commence par trois lettres qui vous hisseront au top du Hit Parade (ou, à défaut, de la première page des résultats de recherche de Google) : SEO.

Le SEO, c’est quoi ?

Le SEO, pour Search Engine Optimization, est un moyen de référencement naturel constitué d’une multitudes de petits détails et bonnes pratiques qui, réunis, permettent à vos pages web de gagner en trafic.

Il ne s’agit ni plus ni moins que de plaire aux moteurs de recherche.


Dit comme ça, ça a l’air simple : une jolie page avec de belles images par exemple ? Eh bien non. Les moteurs de recherche n’ont pas d’yeux. Ils déterminent la fiabilité d’une page en fonction de sa qualité, et pour juger de la qualité d’une page, ils se servent d’algorithmes très complexes. La partie fun, c’est qu’ils ne sont pas rendus publics et que par conséquent, un vrai jeu de pistes se lance pour les acteurs du web à chaque mise à jour de ces algorithmes. 😱

Pourquoi tout le monde ne parle que de Google ?

D’abord, du calme, on ne parle pas QUE de Google… Bon, si, on parle beaucoup de Google. S’il ne fallait donner qu’une seule information, ce serait un chiffre : 90% des recherches internet sont effectuées sur Google.

Questions posées à Google

Ceci s’explique en partie par le fait que Google Chrome (le navigateur de Google) détienne 60% des parts de marché mondiales de la navigation (contre 14% pour Safari… et Internet Explorer ? 3%. — Oui mes amis, IE est bel est bien mort, pour notre plus grand bonheur, à nous autres, développeurs —), et que son moteur de recherche direct soit forcément Google. Mais pas seulement : aujourd’hui, Google est à la fois le moteur de recherche le plus puissant et le plus complet, logique donc que les utilisateurs se tournent vers lui en premier dès qu’il s’agit de poser une question à la toile du web des internets.

Donc, si tout le monde ne parle que de Google, c’est sans doute parce qu’il est extrêmement important aujourd’hui de plaire à Google plus qu’à n’importe qui d’autre, si l’on veut toucher l’audience la plus large possible. Bien sûr, les autres moteurs de recherche ne sont pas à négliger pour autant, mais si tant est qu’on convienne à l’algorithme poussé et complexe de Google, on plaira aux autres également.

Source : Statcounter.com, chiffres observés de janvier à octobre 2018.

Quels sont les fautes graves selon Google et quelles conséquences pour le référencement ?

L’algorithme de Google est trop complexe pour que l’on puisse en répertorier toutes les subtilités, mais on connaît aujourd’hui la plus grosse partie de ses exigences et de ses tue-l’amour.

Cetificat de sécurité d'Empus

Avant tout, il est évident que le moteur de recherche boude les sites qui présentent des failles de sécurité pour leurs utilisateurs. Par conséquent, depuis juillet 2018, Google pénalise les sites qui ne possèdent pas de certificat de sécurité. Là où avant, un site HTTPS était marqué comme « sécurisé », d’un vert agréable et rassurant, et souvent accompagné d’un cadenas ; désormais, les sites ne possédant pas ce fameux HTTPS sont carrément indiqués comme « non sécurisés » d’un rouge menaçant. D’une part, votre site parait peu fiable auprès de ses utilisateurs, mais surtout, Google le référencera bien moins facilement et privilégiera d’autres adresses (en https) dans ses résultats, pour les mêmes mots-clés.

Les mots clés, parlons-en : la balise méta keywords ayant été plus que détournée de ses fonctions n’est plus un repère pour Google. En effet, plusieurs personnes s’étant servi de cette balise pour y inclure des tonnes de mots-clés sans rapport avec leur site — mais en rapport avec les tendances du moment — afin d’y générer du trafic, Google a pris la décision de ne plus s’y fier.

Cependant, reste indispensable à votre stratégie de marketing digital la définition de mots-clés en rapport à la fois avec la thématique de votre blog mais également, pour chaque page, avec une thématique spécifique abordée sur la page en question.

Enfin, et cela va de paire avec la sécurité des utilisateurs, Google ne référence plus les sites utilisant des technologies obsolètes. Par exemple, les sites utilisant des langages web d’une version antérieure comme le HTML 4 ou une très vieille version de PHP sont considérés comme non fiables par Google. Logique : une mise à jour sert souvent à corriger des failles, et même si certains langages web sont mis à jour afin d’y rajouter des fonctionnalités, ils le sont aussi souvent par sécurité.

Failles de sécurité, flood, et obsolescence : voici donc trois tue-l’amour de notre ami Google. Bien sûr, cela n’a rien d’exhaustif, mais ce sont les principales erreurs à retenir et à éviter absolument sur un site.
Ne pas en tenir compte, c’est ne pas tenir à sa visibilité. Puisqu’évidemment, un site qui violerait l’une de ces règles serait boudé par le moteur de recherche et par conséquent, introuvable de façon dite naturelle. D’ailleurs, Google va même jusqu’à bloquer certains sites considérés comme très obsolètes ou dangereux pour l’utilisateur.

Comment bien se référencer ?

Fais pas ci, fais pas ça, d’accord Captain, mais que faut-il faire alors, pour gagner les faveurs de monsieur Google le tout-puissant ?
Eh bien le SEO, c’est une multitudes de petits détails qui, séparément ont peu d’influence, mais réunis constituent un référencement optimal. Je ne peux donc que vous conseiller d’accumuler le plus de « bons réflexes SEO » possible.

Google vous aime

A commencer par le plus important : le contenu ! Eh oui, là comme ça, quand on vous parle d’algorithme mathématique, vous vous imaginez une machine sans coeur qui tranche d’un coup sec entre la bonne et la mauvaise balise. Détrompez-vous ! Si l’on sait une chose de la façon qu’a Google de référencer les adresses internet, c’est bien celle-là : Google aime le contenu de qualité ! Il n’a pas d’yeux, mais il sait lire ! Soyez à la hauteur de votre pub, proposez ce que vous promettez, faites-en sorte que votre contenu soit intéressant et pertinent, et c’est gagné.

L’accessibilité est également très importante pour Google. Et de nos jours, cela passe évidemment par les sites mobiles !
Eh oui, un code Responsive fera sans doute de l’oeil à Google. Il est très important que vos contenus soient accessibles de partout (c’est tout l’intérêt du web, non ?) et nous évoluons dans l’ère du smartphone intégré directement à la paume de l’utilisateur : 42% des Français avouent utiliser un smartphone pour se connecter à internet, contre 38% seulement qui utiliseraient l’ordinateur.

Cependant, attention : un seul contenu ! Si Google déteste bien une chose, c’est la duplication de contenu*. Alors n’allez pas créer deux sites différents, un pour ordinateur et un pour smartphone. D’autant qu’il vous en faudrait pas mal, des sites, pour convenir à toutes les tailles et tous les types de smartphones et tablettes existants.
Non, le Responsive ce n’est pas ça : il s’agit d’avoir un code qui s’adapte à la machine de l’utilisateur.

*Il en va de même pour le plagiat, cela va sans dire. Et cela comprend les articles similaires sans ajout de plus-value.

Source : Arcep – Baromètre du numérique 2017.

Bien évidemment, la qualité du code est aussi extrêmement aphrodisiaque pour Google. Des balises propres, un code clair, des liens fiables… Google aime, il aime beaucoup. Alors on prend des réflexes simples :

  • Une image possède toujours un attribut alt. L’attribut « alt » d’une balise ‹img› est utile à la fois aux non-voyants — grâce à un système permettant de leur décrire l’image selon ce que vous indiquez dans l’attribut (pensez à votre audience avant tout) —, mais aussi au référencement, car depuis quelques temps la recherche d’images explose sur Google !
  • Chaque page possède un titre de niveau 1 (‹h1›) unique. S’il y a bien une chose que Google n’aime pas, mais alors pas du tout c’est la duplication de contenu, nous l’avons déjà dit ! Et le titre de niveau 1 sert à indiquer à Google de quoi parle la page qu’il visite, afin de l’aider à la référencer. Ainsi, votre h1 doit contenir les informations essentielles de votre page.
    Par exemple, ici, mon titre 1 indique le titre de l’article « Google est ton ami : Référencement et SEO ». Google sait de quoi je vais parler, et vous aussi. J’y ai inséré des mots-clés : Référencement, SEO, et Google. Et enfin, le trait d’humour sert le contenu plus que le référencement… et par conséquent, il sert le référencement. Pas folle la guêpe 😉
  • Ce titre est bien évidemment soumis à deux règles incontournables : il ne doit y en avoir qu’un seul par page, et il doit être unique sur chaque page, sans quoi Google pensera que vous avez deux fois la même page et n’en référencera qu’une des deux. Ceci vaut également pour le titre de la balise ‹title› du ‹head›.
  • L’attribut « target » de la balise ‹a› — qui servait à ouvrir un nouvel onglet en cliquant sur un lien — est obsolète, et surtout, il n’est pas mobile friendly : on jette ! (Je sais… moi aussi je l’aimais bien)
  • Les balises ‹strong›, ‹em› et ‹mark› ne servent pas à mettre en gras, en italique ou en surbrillance, mais bien à mettre en valeur un contenu pour Google !
    Une balise ‹strong› entourant une phrase ou un mot indique à Google que cette expression en particulier est très importante sur cette page, qu’elle est très représentative de ce dont vous parlez. La balise ‹em› représente un contenu relativement important, et enfin ‹mark›, un contenu moins important.
    Servez-vous de ces merveilleux outils de référencement pour indiquer à Google ce que vous jugez important !… et désactivez leur mise en forme dans le CSS, par pitié. Personne n’a envie de lire un contenu blindé de fluo, de gras et d’italique.
    D’ailleurs, votre audience n’a pas à savoir où se trouvent vos balises SEO rien qu’en voyant votre mise en forme. Le mystère est essentiel dans toute relation ; comme le dit si bien Jérôme Commandeur : « Là, par exemple, je me suis mis une crème, eh ben vous savez pas où ! »
  • Un article dans la balise ‹article›, un titre dans une balise ‹h1/2/3›, du texte dans une balise ‹p›… les balises prédéfinies du HTML5 sont reconnues par Google et servent à lui indiquer quel type de contenu il parcourt. Il est donc important de s’en servir afin de lui paraître clair et de lui montrer un code organisé. Chacun chez soi, et les hippopotames seront bien gardés !
  • Les balises ‹meta› et le ‹head›. Tout le set-up d’une page se fait dans le head, mais on sous-estime l’importance de ses balises ‹meta›. Il en existe énormément de différentes, mais si vous souhaitez apparaître correctement dans les résultats Google, remplir la meta description est indispensable. De même, si comme moi vous écrivez des articles, et que vous donnez la possibilité de les partager sur les réseaux sociaux, les balises de propriété og telles que le titre, l’image et la description vous rendront la vie plus belle.

Pensez également que si la nature a horreur du vide, c’est également le cas de Google. Voulez-vous savoir ce que Google voit dans ses cauchemars ? Des pages 404, des erreurs 403, des redirections 301 !
Soyez sympa avec Google et créez une 404 personnalisée avec une redirection automatique vers celle-ci en cas de page introuvable ; si vous supprimez ou changez l’url de certaines pages, faites-en une redirection automatique également…
En parlant de redirections, il est important de forcer la redirection https d’un site dès lors qu’il possède un certificat de sécurité. Il serait quand même dommage de continuer à naviguer sur la version non sécurisée d’un site et d’y générer du trafic alors qu’il possède une version sécurisée. C’est également une façon de dire à Google « non, pas ici, regarde, j’ai un beau site tout propre en https, c’est celui-là que tu dois visiter et référencer, mon bichon ».

Enfin, et là on ne rigole pas, des liens de qualité chez vous, mais aussi chez les autres !
Le maillage interne (des liens vers certaines pages de votre site sur… les pages de votre site) est très important pour le référencement de votre site, il sert à indiquer à Google quelles pages sont importantes pour vous et en relation entre elles.
Pensez également à posséder des liens vers votre site sur d’autres sites (backlinks)… mais fiables ! Inutile de vous inscrire à tous les annuaires possibles et imaginables (commencez par vos réseaux sociaux, déjà), choisissez correctement vos partenaires. De même, les liens qui sortent de votre site doivent mener à des endroits fiables.
Enfin gardez à l’esprit qu’un lien, qu’il soit entrant ou sortant, vous apportera un meilleur référencement s’il provient ou pointe vers un contenu en rapport avec votre site !

En gros, un mot d’ordre pour Google : qualité ! Lorsqu’on sait ça, il devient facile de lui plaire, puisqu’en effet la seule chose que vous demande Google, c’est d’offrir du contenu de qualité à vos utilisateurs. Si vous pensez à votre audience, votre cible, vos lecteurs, vos utilisateurs en priorité ; à leur confort, leur expérience sur votre site et leur satisfaction, vous êtes certain(e) de plaire à Google. 😀

Cet article n'est aucunement sponsorisé par Google

Bien entendu, vous pouvez faire appel à mes services pour optimiser votre référencement !

Ou bien, vous pouvez commenter avec un mot résumant votre état d’esprit à la lecture de cet article, parce que l’engagement d’une communauté, mesuré par ses interactions sur la page, compte aussi pour Google.

Eeeet… oui, ça y est, cette fois c’est vraiment la fin. Que votre journée soit belle (même si vous lisez ceci le soir), et puissent les bourgeons que sont vos pages web éclore et s’épanouir sur les prés fleuris que sont les résultats de recherche Google.

Empus

Empus

Web designer chez EMPOWER US, pigiste, auteure, druide restauration et bien d'autres choses encore.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.